• 45 ans au service de l’informatisation des grandes entreprises

    b-duverneuil

    Bernard Duverneuil Président du CIGREF

    L’histoire singulière du CIGREF retrace et se confond avec l’histoire de l’informatisation des grandes entreprises. Ce sont 45 années consacrées à accompagner les Dirigeants pour faire face aux impacts technologiques, économiques et organisationnels. Autour de cette histoire croisée du CIGREF et des systèmes d’informations, cet espace web répond à trois objectifs :

    • Rendre un hommage légitime aux femmes et aux hommes qui ont contribué à l’écriture de cette histoire ;
    • Valoriser et partager le patrimoine numérique du CIGREF ;
    • Retracer l’évolution des systèmes d’information et de leurs usages .
  • Généalogie de l’algorithme… ses ancêtres !

    Algorithme en recherche d’ascendance… Retour aux origines

    Les algorithmes sont partout, au cœur de nos ordinateurs, de nos smartphones, des objets connectés qui envahissent chaque jour davantage notre société. Mais, qui a inventé l’algorithme, ce « ressort » indispensable qui instruit et conditionne toutes les fonctions de ces outils numériques ?

    La réponse à cette question est loin d’être univoque ! Elle supposerait de pouvoir donner une origine à ce que l’on définit par « une suite d’instructions précises et ordonnées permettant de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat ». Or, des suites d’instructions précises… même ordonnées et calculables, cela remonte à l’Antiquité, avec l’apparition de l’écriture et des tablettes (d’argile !). Paradoxe, parce qu’à la base, la logique de l’algorithme n’induit pas la notion stricto sensu de calcul. C’est une suite d’instructions et de conditions applicables aussi bien à… la façon de réaliser des confitures qu’à celle d’assembler un moteur ! Mais ce n’est pas sous ce jour que l’algorithme a fondé sa notoriété. Il nous évoque davantage l’informatique et les Intelligences Artificielles qui sont en train de bouleverser la société. 

  • 1973, François Gernelle invente le Micral N, premier micro-ordinateur

    1973, le CIGREF a 3 ans quand l’informatique s’apprête à descendre dans la rue…

    Comme l’a rappelé Pierre Lhermite, son premier Président, le CIGREF a été créé en 1970 pour faire face aux difficultés causées par les premiers pas de l’informatique. Cette informatique entre ainsi dans les grandes entreprises françaises comme instrument de gestion, notamment pour effectuer des tâches jusque-là traitées par la mécanographie.

    La vitesse de la révolution informatique n’est pas un mythe ! En effet, le CIGREF a tout juste trois ans et l’informatique de gestion n’a pas encore pleinement pris ses marques dans les grandes entreprises, quand une informatique nouvelle s’apprête à descendre dans la rue ! Entendons par là : à bousculer nos propres usages personnels… 

    Le Micral N, premier micro-ordinateur, est inventé par un Français, François Gernelle

  • Quand Pierre Lhermitte évoque l’informatique des années 60 et le CIGREF…

    En hommage
    à Pierre Lhermitte, visionnaire de l’informatique et Président fondateur du CIGREF

    Il y a quelques jours, le 22 avril, avec le décès de Pierre Lhermitte, le CIGREF s’est retrouvé orphelin de son Président Fondateur. Depuis 2010, le CIGREF a ouvert ce site pour rendre hommage aux femmes et aux hommes qui ont contribué à l’histoire de l’informatique. Aujourd’hui, c’est non seulement à son Président fondateur, mais aussi à cet homme de l’informatique, visionnaire dans les années 60, qu’Histoire CIGREF rend hommage.

    Nous avons déjà évoqué le rôle de Pierre Lhermitte à l’origine de la naissance du CIGREF. Evoqué également en tant qu’auteur du « Pari informatique » cet homme dont la vision structure encore aujourd’hui notre association. C’est avec fierté qu’en 2010, à l’occasion de son 40ème anniversaire, le CIGREF a accueilli Pierre Lhermitte pour retracer ce parcours saisissant allant « du Pari informatique à l’Entreprise numérique » ! (Album photos des 40 ans du CIGREF à la BnF). 

    Pour l’An 2000, Pierre Lhermitte est interviewé par le Monde Informatique

  • Histoire parallèle de l’informatique et des entreprises

    50 ans d’histoire informatique, de la 1ère tabulatrice à la naissance du CIGREF…

    On peut remonter l’histoire de l’informatique à l’apparition des premiers signes écrits ! En effet, le numérique n’est-il pas une véritable « révolution de l’écriture » et de ses objets, histoire retracée depuis « le calculi » (-3.300) jusqu’aux objets connectés… (infographie).

    Mais c’est aussi l’aventure d’une relation indissociable et fluctuante entre  informatique et entreprises, selon que celles-ci se trouvent être « fournisseurs » ou « utilisatrices » des technologies ! C’est de cette dualité et de l’importance de ce nouveau « pari informatique » pour les entreprises et la société qu’en 1970 est né le CIGREF, acronyme de « Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises ».

    En termes d’histoire, ce n’est que lorsqu’un certain nombre de grandes organisations adoptent une technologie, qu’elles sont confrontées à différents problèmes d’usage liés à cette technologie, qu’un écosystème se constitue, s’organise, échange. Dès lors, elle marque sa période.

  • Histoire CIGREF poursuit la mise en ligne de ses archives

    Pourquoi le CIGREF a-t-il entrepris la mise en ligne de ses archives ?

    Dès 2010, en fêtant ses 40 ans, le CIGREF s’est attaché à souligner sa dimension « historique ». D’où la naissance de ce site destiné d’une part à rappeler que « son histoire singulière se confond avec l’histoire de l’informatisation des grandes entreprises ». D’autre part, à rendre hommage aux pionniers, femmes et hommes qui ont permis, chacun(e) dans leur spécificité, de tracer les contours du monde numérique d’aujourd’hui.

    Pourquoi le CIGREF a-t-il parallèlement décidé de rendre accessible ses archives au plus grand nombre ? Par son engagement, sa mission, l’histoire du CIGREF est intrinsèquement et étroitement imbriquée avec l’histoire de l’informatique, des systèmes d’information et du numérique au sein des entreprise. En ouvrant ses archives, le CIGREF a voulu apporter cet éclairage particulier à ce cheminement à la fois technologique et humain.

  • 2017… Cap vers une nouvelle page d’histoire informatique !

    Laissons filer 2016 dans l’histoire de l’informatique !

    « Histoire CIGREF » vous souhaite une excellente année 217 ! Laissons filer 2016, année qui va sans nul doute très vite prendre place dans l’histoire de l’informatique… poussée par les avancées des Intelligences Artificielles, des objets connectés et leurs cortèges de Big Data !

    voeux-2017-histoire

    Avant de céder la place à 2017, voyons le Top 10 des sujets d’histoire racontés sur nos pages en 2016

  • A l’origine de l’informatique, une carte perforée…

    carte-perforeeQuand la carte informatique était perforée et en carton !

    Plus nous avançons dans le monde numérique, plus grandit le nombre de voix artificielles qui accompagnent nos balades sur le web : chatbot1 par-ci, intelligence artificielle par-là… Plus le temps passe et plus il devient difficile de ramener dans nos mémoires le souvenir des origines de l’informatique !

    Alors, si l’on remonte aux sources, avant même l’informatique populaire, à celle qui était réservée à des communautés (chercheurs, militaires…), certains des premiers objets de l’informatique deviennent presque surréalistes ! A l’heure où l’on cherche à miniaturiser sur des cartes minuscules l’intégration de la technologie de réception du Li-Fi2 qui pourrait bientôt connecter nos tablettes et smartphones à l’internet, difficile de visualiser une carte perforée !

    Il était une fois… en 1728 naissait la carte perforée !

    C’est en 1725 qu’un certain Basile Bouchon invente le concept de carte perforée dont la première vie se fera dans les orgues de barbarie. Dès 1728, des cartes perforées reliées entre elles viennent remplacer les rubans papier (plus fragiles) utilisés jusque-là dans les métiers à tisser. Jacquard perfectionne le système en 1801, ce qui vaudra à ses métiers d’être adoptés dans le monde entier.

  • Le datagramme de Louis Pouzin à l’aune de l’Internet

    datagrammeInventeur du datagramme,
    Louis Pouzin a posé une des premières pierres de l’internet

    Qu’est-ce que le datagramme ?

    A l’ère du Big Data, peut-être avons-nous un peu oublié la naissance des « paquets de données » ! Aussi  faut-il commencer par expliquer ce qu’est le « datagramme » : « paquet de données dans un réseau informatique utilisé par des protocoles orientés non connectés tel que : IPX ou UDP ». La transmission de ce paquet de données encapsulées est dite « non fiable », parce qu’il n’est pas possible de savoir s’il arrive à destination. Le processus est utilisé en informatique : envoi d’un « bloc de données » à une fonction interne de l’ordinateur. Il s’utilise également dans le formatage de fichiers, de compression d’archives ou d’encapsulation de vidéos par exemple. Le concept datagramme a été inventé par Louis Pouzin, avec la collaboration de Michel Monpetit1.

  • L’e-sport, une nouvelle page d’histoire pour le jeu vidéo…

    Du premier jeu vidéo à l’e-sport, pratique compétitive du « gaming »

    SpaceWar-EsportLa pratique compétitive du jeu vidéo, aussi appelée « e-sport », vient d’acquérir une reconnaissance et un cadre réglementaire légal. L’Etat fait ainsi de l’e-sport un sport comme les autres…

    Le jeu vidéo s’est inscrit dans l’histoire de l’informatique dès ses premiers pas ! Comme nous l’avions évoqué en abordant l’histoire des premiers jeux vidéo Pong et SpaceWar, on peut même dire que « le jeu a largement contribué à stimuler la créativité des informaticiens pour offrir aux machines notamment plus d’interactivité et de puissance ».

    Petite piqure de rappel, le premier exemple vient de SpaceWar, en 1962… Pour ce premier jeu à tourner sur ordinateur, exit la fonction « marche-arrêt » des machines de l’époque ! C’est à ce jeu que l’on doit ce geste machinal de mettre en marche un ordinateur ! A l’origine, cette fonction faisait intervenir un technicien et prenait plusieurs minutes… Or, pour faire tourner le jeu, il faut une machine autonome, que l’on doit pouvoir mettre en marche et éteindre, bref un « bouton on-off » !