Osborne 1, le premier ordinateur portable

Il y a tout juste 30 ans, en avril 1981, naquit l’Osborne 1, premier ordinateur portable destiné non pas seulement à l’usage des  grandes entreprises, comme son grand frère l’IBM 5100, mais au plus grand nombre d’utilisateurs. Son créateur, Adam Osborne, dont la passion était la « vulgarisation » de l’informatique, souhaitait que cet ordinateur soit suffisamment réduit pour être « transportable » par un homme d’affaire susceptible de voyager, donc capable de tenir sous un siège d’avion ! Adam Osborne confie la réalisation de sa machine à Lee Felstein qui avait déjà réalisé le SOL-20, le premier micro-ordinateur intégrant une unité centrale et un terminal. Présenté dans les salons informatiques, l’Osborne 1 rencontre très vite un vif succès. On raconte qu’Adam Osborne avait pensé ne ventre que 10.000 exemplaires de sont ordinateur. Il s’en vendra en fait 10.000 par mois ! Le second avantage de l’Osborne 1, en plus de sa « portabilité », est l’intégration d’une suite de logiciels, qui, vendus séparément, coutaient quasiment le même prix que la machine.

30 ans plus loin, que les adeptes de la tablette graphique, dont le poids tourne autour de 600 grammes (comme la dernière sortie d’Apple), ne se moquent pas, l’Osborne 1 ne pesait « que » 20 fois plus, c’est-à-dire 12 kg ! Certes, l’écart se creuse aussi si l’on compare son écran de 5 pouces limité à l’affichage de 128 caractères, ses 64 Ko de mémoire vive et les 4 Mhz du processeur…

Que faisait le CIGREF en 1981 ?

En 1981, le CIGREF déploie de nouvelles relations avec des organismes ou associations (l’agence de l’informatique, l’AFNOR, l’INFOREP, les Banques de données du Commerce international, le DIELI, le Ministère des Finances et du Commerce extérieur, les SSCI, les constructeurs).

14 thèmes de travail occupent les Directeurs des Systèmes d’Information représentants des grandes entreprises membres du CIGREF. Ce sont des thèmes de travail intégrant, au-delà des sujets purement techniques ne concernant que les informaticiens et les spécialistes (métrologie, génie logiciel, Robotique et aide de l’informatique à la production, etc.) des sujets liés à la communication des entreprises et aux réseaux qui font partie de l’environnement des utilisateurs de l’informatique, comme les Télématique et réseaux, Messagerie, PABX, vidéotex, Micro-informatique, etc. La notion « d’utilisateur final » apparait dans un thème dédié à la « Conception Assistée par Ordinateur ».

Présentation de l’Osborne 1 par le Musée de l’Informatique


Osborne 1, le premier PC portable par DigitalWorld


Catégories
2 Comments
  1. Nathalie

    Intéressant de se rappeler que le poids et la taille de l’appareil sont au fil du temps inversement proportionnels à leurs capacités ! Bonne idée d’avoir mis cote à cote l’Ipad et l’Osborne pour matérialiser se rappel.

  2. koukunce

    A des fins de reconnaissance historique,

    le micro ordinateur portable le « Portal » de la société française R2E Micral CCMC est officiellement apparu en Septembre 1980 au salon du SICOB à PARIS.

    Soit près de 8 mois avant la sortie de l’Osborne 1 Américain ( avril 1981 ) et considéré jusqu’à ce jour comme le 1er ordinateur portable !

    Le Portal était un micro-ordinateur portable conçu et commercialisé par le bureau d’études R2E Micral en 1980 à la demande de la compagnie française CCMC spécialisée dans la paie et la gestion comptable.

    Le Portal était basé sur un processeur Intel 8085, 8 bits, cadencé à 2 MHz.
    Il était doté d’une Unité Centrale de 64K octets Ram, d’un clavier de 58 touches alpha numériques et 11 touches numériques ( blocs séparés ), d’un écran-ligne de 32 caractères, d’une unité disquette : capacité = 140 000 caractères, d’une Imprimante thermique : vitesse = 28 caractères / seconde, d’un canal asynchrone, d’ un canal synchrone, d’une alimentation 220V. Prévu pour une température de fonctionnement de 15°C à 35°C, il pesait 12Kg et ses dimensions étaient de 45cm x 45cm x 15cm. Il procurait une mobilité totale.
    Son logiciel d’exploitation était : PROLOGUE.

    Il s’en est vendu quelques centaines d’exemplaires.

    Il en reste très peu, 2 à 3 unités seulement !

    Merci à tous de bien vouloir intégrer et propager cette vérité !

    JD ancien responsable « grandes affaires » ( dont Portal CCMC ) département maintenance à R2E Micral.

    Documents de référence :
    Plaquette Portal .pdf (1.31 Mo)
    Portal au Sicob .pdf (518.18 Ko)
    Piece Comptable Portal .pdf (595.82 Ko)

0 Pings & Trackbacks

Répondre à koukunce Annuler la réponse