Mot clé : 1970

  • 45 ans au service de l’informatisation des grandes entreprises

    b-duverneuil

    Bernard Duverneuil Président du CIGREF

    L’histoire singulière du CIGREF retrace et se confond avec l’histoire de l’informatisation des grandes entreprises. Ce sont 45 années consacrées à accompagner les Dirigeants pour faire face aux impacts technologiques, économiques et organisationnels. Autour de cette histoire croisée du CIGREF et des systèmes d’informations, cet espace web répond à trois objectifs :

    • Rendre un hommage légitime aux femmes et aux hommes qui ont contribué à l’écriture de cette histoire ;
    • Valoriser et partager le patrimoine numérique du CIGREF ;
    • Retracer l’évolution des systèmes d’information et de leurs usages .
  • Histoire du 5 août 1970…

    Sur la « planète CIGREF », c’est le 5 août 1970 que les statuts de l’association sont déposés à la Préfecture de Police de Paris, officialisant ainsi l’acte de naissance du CIGREF ! A la grande fierté de ses «pères» : Pierre Lhermitte, auteur du « Pari informatique », Ithier de Roquemaurel (Président d’Hachette), Georges Tattevin (Président du Groupe Drouot), et Pierre Bouchaud-Ayral (Directeur à Saint-Gobain – Pont à Mousson).

    C’est aussi le 5 août 1970 que la France signe à son tour le « Traité de l’Espace » qui régit « les activités des Etats en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes ». Les fondements juridiques de l’exploration de l’espace sont ainsi posés.

  • Minitel, histoire d’un mythe résistant !

    Printemps 2011… une révolution numérique est en marche, Facebook revendique plus de 500 millions « d’amis » de par le monde, 91% des entreprises françaises ont un compte Twitter et pourtant… Pourtant, il resterait quelques 2 millions de Minitel en service !

    « Dis Papy, c’est quoi un Minitel » ? Et bien, il était une fois… l’histoire pourtant pas si lointaine du Minitel, puisqu’elle commence dans les années 70 (en même temps que celle du CIGREF qui vient de fêter ses 40 ans au service de l’informatisation des grandes entreprises) !  Au début des années 70, le CNET (Centre National des Études de Télécommunication) souhaite moderniser le téléphone français. Pour cela, il travaille sur le protocole X.25 (protocole de communication normalisé par commutation de paquets en mode point à point) que France Telecom, organisme d’Etat, décide d’utiliser malgré le challenge financier que représente cette innovation.

  • 1970, une année informatique !

    1970, une année informatique… mais, humilité oblige : pas seulement à cause de la naissance du CIGREF ! 

    Que se passait-il en 1970 ?

    Intel commercialise le 4004, premier microprocesseur. Ses 2300 transistors lui permettent de réaliser 60 000 opérations à la seconde, à une fréquence de 108 KHz. Pour mémoire, jusque-là, les composants électroniques formant le processeur ne pouvaient résider ensemble sur le même circuit intégré. Pour se faire une idée, la puissance du 4004 d’Intel est comparable à l’ENIAC (premier ordinateur entièrement électronique) qui, en 1946, occupait 65 m3 !

  • Le CIGREF et Internet grandissent ensemble !

    Nés dans le même temps, le CIGREF et Internet grandissent ensemble ! Certes, restons modestes… Internet c’est aujourd’hui plus d’un milliard d’internautes… dont les collaborateurs des 130 grandes entreprises actuellement membres du CIGREF !

    Si c’est le « Pari informatique », publié en 1968, qui a inspiré la naissance du CIGREF, c’est ARPANET, acronyme de «Advanced Research Projects Agency NETwork », qui a inspiré celle d’Internet. Or, Arpanet, premier réseau de réseaux, dont la première démonstration officielle s’est faite en octobre 1972, est lui-même inspiré de la connexion entre deux gros ordinateurs, distants de 4,5 mètres ! et reliés par un câble. Connexion réussie le 2 septembre 1969 par le professeur Len Kleinrock de l’University of California à Los Angeles.

  • Introduction au Pari informatique

    Après la préface d’Emile Roche, le texte d’introduction au « Pari informatique » de Pierre Lhermitte, retrace clairement le contexte dans lequel cet ouvrage a vu le jour…

    « Les ensembles électroniques sont apparus dans les industries civiles après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais les utilisateurs n’y virent tout d’abord qu’un perfectionnement des machines à calculer traditionnelles. Quelques années plus tard, la puissance et les possibilités des ensembles électroniques bouleversaient profondément la conception et le fonctionnement des centres de calcul. Le te calculateur» devenait un outil indispensable à toute recherche avancée et, en particulier, aux recherches nucléaires et spatiales.

  • L’acte de « naissance » du CIGREF

    Le CIGREF s’est constitué à l’initiative de Dirigeants de grandes entreprises, sous le titre « Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises ». Les statuts du CIGREF, Association Loi 1901*, ont été déposés à la Préfecture de Police de Paris le 5 août 1970. Ils s’inspirent des statuts de l’Association des Grandes Entreprises Françaises, l’AGREF, née un an auparavant sous l’impulsion d’Ambroise Roux.

    L’idée de la création du CIGREF prend naissance à l’issue d’un voyage que Pierre Lhermitte a effectué aux États-Unis, mandaté, avec deux autres membres du Conseil Économique et Social, pour « étudier l’état le plus avancé et le plus développé à la fois de l’électronique mise au service de l’information, que l’on appelle dans ce cas informatique ». 

  • Le Pari informatique

    « Une circulation aisée des informations mettra un service meilleur, des décisions plus sûres, une adaptation plus rapide aux incitations et exigences du marché, à ce titre, l’informatique est une condition de croissance de l’entreprise, et, là encore l’enjeu est considérable d’autant plus qu’il se place dans un climat de concurrence plus âpre.

    L’informatique constituera la nouvelle frontière des économies développées dans les années à venir. La refuser, c’est accepter une décadence rapide. D’autres peuples nous dépasseront, les jeunes élites s’expatrieront, notre économie sera dominée ».

    A quand remonte cette citation ?