Mot clé : CIGREF

  • Histoire du 5 août 1970…

    Sur la « planète CIGREF », c’est le 5 août 1970 que les statuts de l’association sont déposés à la Préfecture de Police de Paris, officialisant ainsi l’acte de naissance du CIGREF ! A la grande fierté de ses «pères» : Pierre Lhermitte, auteur du « Pari informatique », Ithier de Roquemaurel (Président d’Hachette), Georges Tattevin (Président du Groupe Drouot), et Pierre Bouchaud-Ayral (Directeur à Saint-Gobain – Pont à Mousson).

    C’est aussi le 5 août 1970 que la France signe à son tour le « Traité de l’Espace » qui régit « les activités des Etats en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes ». Les fondements juridiques de l’exploration de l’espace sont ainsi posés.

  • Bon anniversaire Twitter en 140 caractères…

    Anniversaire de Twitter12 tweets pour l’anniversaire de Twitter

    1 – 13 juillet 2006 : naissance de l’oiseau bleu Twitter qui pépie à travers le monde en 140 caractères (espaces compris) : http://goo.gl/lNXCl

    2 – Dernier né des réseaux sociaux, petit oiseau Twitter est devenu grand en 5 ans, des milliards de tweets plus tard : http://goo.gl/q4cse

    3 – Plateforme de microbloging, Twitter révolutionne la communication et les médias en moins de 5 ans avec 140 caractères seulement ! @CIGREF  

  • Pour les cent ans d’IBM… le regard du CIGREF

    C’était le 15 juin 1911, tout juste 100 ans… deux sociétés fusionnent pour devenir la Computing Tabulating Recording Company. Encore assez loin du l’informatique, l’entreprise vend des machines à couper viande et fromage… mais aussi des cartes perforées ! En 1924, elle est rebaptisée International Business Machines Corporation, plus connue sous l’acronyme IBM.


    L’identité graphique d’IBM sur cent ans !

    Inutile de présenter IBM ! Ses cent ans d’histoire et son rôle dans le monde de l’informatique le font pour nous et s’égrènent déjà au fil de ce site :

  • 1968, petite souris informatique sort de son trou…

    9 décembre 1968, ce jour-là le CIGREF n’a pas encore vu le jour, mais sa conception est déjà à l’œuvre ! Dans le même temps en Californie, au Stanford Research Institute… Douglas C. Engelbart, docteur en ingénierie électrique et informatique, pionnier dans le domaine de l’informatique*, intervient à la fois en public devant mille professionnels de l’informatique et simultanément en vidéo conférence, la première de l’histoire ! Cette première vidéo conférence historique se fait dans le cadre de la session d’automne de la Joint Computer Conference, avec la présentation d’un curieux objet en bois… sa particularité est de déplacer un pointeur sur l’écran de l’ordinateur. La souris informatique s’exhibe ainsi publiquement pour la première fois auprès d’un ordinateur !

    L’objet présenté par Doug Engelbart, sur lequel il travaille depuis 1963, va révolutionner pour longtemps l’usage de l’informatique. C’est une sorte de petit cube en bois, encore loin du look de « souris » que nous lui connaissons aujourd’hui, avec ou sans fil ! Le boitier ne comporte qu’un seul bouton et contient deux disques perpendiculaires. Il est relié à l’ordinateur par deux fils torsadés.

  • Courriel, e-mail, mél, pourriel, spam… histoire du message électronique

    Quelle que soit la façon dont nous nommons celui qui envahit nos écrans d’ordinateurs et maintenant de smartphones, à toute heure du jour… son premier nom de baptême fut « Netmail » (diminutif de Network Mail) : voici son histoire !

    Ce jour-là, le CIGREF n’était pas bien vieux… à peine un an après que Pierre Lhermitte, son premier président, ait déposé ses statuts, à l’autre bout de la planète, un certain Ray Tomlinson, ingénieur de la société Bolt Beranek and Newman au service du Gouvernement américain sur le projet Arpanet, crée 2 programmes. L’un, Send Message, associé à ReadMail, permettant aux utilisateurs d’un même ordinateur de se laisser des messages, et l’autre, CPYNet, pour copier des fichiers simultanément sur chacun des quinze premiers ordinateurs du premier réseau Arpanet. « Et si je les associais pour permettre d’envoyer les messages d’un ordinateur à l’autre » ? Mais c’est bien sûr ! 200 lignes de codes plus tard, plus 2 boites à lettres créées sur deux machines voisines, et le premier Netmail effectuait son premier  « voyage » de quelques mètres !

  • 2 mai 2001 – 2 mai 2011 : Dix années passionnantes au service du CIGREF !

    jfp-43S’il existe une « fée informatique », elle s’était montrée très discrète jusqu’à ce 2 mai 2001 ! De fait, à cette date, rien ne laissait présager que mon parcours professionnel croiserait le chemin de la Fonction Systèmes d’Information des grandes entreprises françaises !

    Début 2001, le CIGREF recherchait son nouveau Délégué général. Certes, j’avais bien exercé cette fonction dans d’autres structures de type associatives, mais lors de mon entretien d’embauche, à la question : Quel rapport entre le CIGREF, l’Automobile Club de France et une Fédération de Parents d’Elèves, je fus bien contraint de répondre que : « la plupart des DSI conduisent une voiture et ont des enfants scolarisés !... ».

    Si cette réponse n’a pas su convaincre mon prédécesseur, en charge du recrutement de son successeur (une grave erreur stratégique !), force est de reconnaitre qu’il a fallu un certain courage aux 15 administrateurs de l’époque pour retenir ma candidature alors même que je n’appartenais ni de près ni de loin au sérail informatique ! Tout au mieux pouvais-je justifier de ma formation au Centre de Perfectionnement aux Affaires (CPA) devenu Executive MBA HEC.

  • Osborne 1, le premier ordinateur portable

    Il y a tout juste 30 ans, en avril 1981, naquit l’Osborne 1, premier ordinateur portable destiné non pas seulement à l’usage des  grandes entreprises, comme son grand frère l’IBM 5100, mais au plus grand nombre d’utilisateurs. Son créateur, Adam Osborne, dont la passion était la « vulgarisation » de l’informatique, souhaitait que cet ordinateur soit suffisamment réduit pour être « transportable » par un homme d’affaire susceptible de voyager, donc capable de tenir sous un siège d’avion !

  • Secrets d’algorithmes

    Impossible d’évoquer l’histoire de l’informatisation des grandes entreprises sans tenter de percer un secret… l’algorithme !

    Il en est un en effet qui fait fantasmer le « monde de l’informatique » d’un bout à l’autre de la planète depuis qu’il s’est mis en réseau sur le web : l’algorithme de Google !

    L’histoire ne commence pas par le mot « algorithme » lui-même qui vient du nom du mathématicien Al Khuwarizmi, auteur d’un ouvrage au IXème siècle sur « la solution des équations linéaires et quadratiques ». Le principe est beaucoup plus ancien, on trouve traces d’algorithmes 2000 ans avant J-C., chez les Babyloniens, notamment pour le calcul des impôts.

  • Le CIGREF et Internet grandissent ensemble !

    Nés dans le même temps, le CIGREF et Internet grandissent ensemble ! Certes, restons modestes… Internet c’est aujourd’hui plus d’un milliard d’internautes… dont les collaborateurs des 130 grandes entreprises actuellement membres du CIGREF !

    Si c’est le « Pari informatique », publié en 1968, qui a inspiré la naissance du CIGREF, c’est ARPANET, acronyme de «Advanced Research Projects Agency NETwork », qui a inspiré celle d’Internet. Or, Arpanet, premier réseau de réseaux, dont la première démonstration officielle s’est faite en octobre 1972, est lui-même inspiré de la connexion entre deux gros ordinateurs, distants de 4,5 mètres ! et reliés par un câble. Connexion réussie le 2 septembre 1969 par le professeur Len Kleinrock de l’University of California à Los Angeles.

  • L’acte de « naissance » du CIGREF

    Le CIGREF s’est constitué à l’initiative de Dirigeants de grandes entreprises, sous le titre « Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises ». Les statuts du CIGREF, Association Loi 1901*, ont été déposés à la Préfecture de Police de Paris le 5 août 1970. Ils s’inspirent des statuts de l’Association des Grandes Entreprises Françaises, l’AGREF, née un an auparavant sous l’impulsion d’Ambroise Roux.

    L’idée de la création du CIGREF prend naissance à l’issue d’un voyage que Pierre Lhermitte a effectué aux États-Unis, mandaté, avec deux autres membres du Conseil Économique et Social, pour « étudier l’état le plus avancé et le plus développé à la fois de l’électronique mise au service de l’information, que l’on appelle dans ce cas informatique ».